A l'atelier le mot d'ordre c'est "fait main" !

Il est passé dans un laminoir à manivelle où il est "écrasé" entre deux cylindres en acier (image 3), à chaque passage il s'aplatit de quelques 10° de millimètres . Entre chaque passage il perd sa mal

ETAPES DU TRAVAIL - DETAILS  

 

L'argent arrive sous forme de "grenaille" , des petites billes qui sont fondues avec un gros chalumeau à gaz et air soufflé pour obtenir une espèce de petit lingot plat de 5/6  mm d'épaisseur.

 

Il est passé dans un laminoir à manivelle où il est "écrasé" entre deux cylindres en acier , à chaque passage il s'aplatit de quelques 10° de millimètres . Entre chaque passage il perd sa malléabilité et il doit subir un nouveau traitement thermique ," le recuit".

Quelques heures sont nécessaires pour obtenir une plaque de 1.5 mm d'épaisseur. Cette opération était faites à coup de marteau dans le temps..

 

Les fils plats sont obtenus de la même manière , avec les plaques et les fils ronds ils forment les "semi-apprêts" ou "métaux apprêtés"

 

Ceux-ci sont la base du travail de bijouterie , à l'heure actuelle pratiquement tout les bijoutiers se fournissent chez des grossistes et partent donc avec des "semi-apprêts" parfaits ou presque . Ici les plaques sont déjà très marquées.

 

Pour les fils ronds, les pré-fils laminés passent en force, tirés à la force des bras, dans des "filières" en acier (plaques dont les trous sont coniques et de tailles décroissants)

jusqu'à obtenir le diamètre désiré (8 dixièmes par exemple pour fabriquer des anneaux) 

Entre chaque, comme la plaque , ils sont "recuits", refroidis et repassés dans un trous ou deux etc ...

 

Le bois est acheté en carrelets ou plaques ou rondins ou encore barreaux ... tout est taillé, scié, limé, tourné sur place .. jusqu'à la finition !

 

Les bijoux prennent vies dans un "foutoir organisé", les fils plats deviennent bagues, alliances ou bases de colliers , bracelets etc .. 

les fils ronds deviennent des anneaux, des crochets d'oreilles, des tiges soudées, du filigrane ou des éléments de décors, des pattes d'insectes, des rivets, des vis !

Les plaques se transforment en médailles, gourmettes, boucles d'oreilles, élégants repercés  ....

 

Enfin, de longues étapes de finitions, de "grattages"et "frottages" au papier émeri ... sur les différentes pièces du bijoux , avant et après assemblages, soudages ...

mise en bois si nécessaire ...

Puis enfin, l'avivage, qui fait briller ! il se fait avec un touret à polir qui tourne vite, les bijoux sont frottés sur un disque en coton enduit de pâte à polir, qui chauffe également la surface et les doigts !

Les bijoux comportant du bois fragile ou très clair doivent se passer de cette étape ultime, je les frotte parfois sur un morceau de cuir .

 

Il y a une petite étape à ne pas oublier .. le "poinçon de fabriquant" aussi appelé "poinçon de maître ", qui est propre à chaque créateur mais toujours de forme losange . De 3 mm de long, gravé de 2 initiales et d'un symbole au centre, il sert de "marque", de "signature" et aussi de "garantie des métaux" jusqu'à 3 grammes d'Or et 30 grammes d'argent. Au delà de 30 g, le bijou doit être porté aux douanes qui poinçonne d'une "tête de Minerve" pour l'argent et "tête d'aigle" pour l'or 18 carats.

 

 Enfin, c'est presque fini, il y a le nettoyage dans un bain savonneux (pour retirer la pâte à polir, les bijoux en bois échappent aussi à cela), ou à la brosse a dents et un petit séchage . Une petite beauté pour le bois, un peu d'huile parfois ou un bain de soleil pour l'Amarante !

 

le bijou est prêt a être mis en rayon ou expédié ... après une petite séance photos !

 

Pour voir un bijou réalisé de a à z voir les vidéos à gauche !